Lorsque l’on vit en Espagne, la santé publique est gratuite, que l’on soit travailleur ou chomeur. On ne paye rien*, qu'il s'agisse d'une consultation pour une otite ou un accouchement à l'hopital. Je rappelle qu'il existe 2 systèmes, le public et le privé. Voici donc une description du système de santé public espagnol, vu par une française.

COMMENT ÇA MARCHE ?

Selon où l’on vit, on dépend du centre de santé (centro de salud) de son quartier. Il faut aller s’y inscrire, en donnant son numéro de sécurité sociale et son adresse. Si vous n’avez pas la carte, vous pouvez la demander lors de cette inscription (il faut compter un an pour la recevoir). Armez-vous de patience, dans certains centres de santé le personnel de l’accueil n’est pas toujours compétent lorsqu’il doit inscrire “un étranger” (plusieurs prénoms, un seul nom de famille, ça perturbe beaucoup !).

Un centre de santé, c’est en général un bâtiment de plusieurs étages où sont regroupés des dizaines de médecins.medecin C’est un peu comme un dispensaire, on attend devant la porte de son médecin entouré d’autres patients. L’ambiance est moins calme que dans nos salles d’attente de médecins en France, c’est plus “ambiance hopital”.

Dans ce dispensaire on va donc vous attribuer un médecin. Il faut savoir que dans de nombreux centres de santé, les médecins travaillent tous les matins et une après-midi en semaine (si une après-midi vous arrange mieux qu’une autre pour les consultations, prenez ce facteur en compte !).

Lorsque vous serez malade, vous prendrez toujours rendez-vous avec le même médecin, celui qu’on vous a attribué. Si pour une raison ou pour une autre vous n’êtes pas satisfait, vous pouvez demander à changer sans problème.

Pour prendre rendez-vous, soit vous allez au centre de santé (pas pratique quand on a 40 de fièvre !), soit vous prenez rendez-vous par téléphone (c'est récent !). Chaque Communauté Autonome a son système et son propre numéro de téléphone pour prendre ce rendez-vous (en Andalousie, c’est le 902 505 060). On parle même de pouvoir prendre rendez-vous par internet ou via SMS mais je ne sais pas si cela est encore au point.

Si vous êtes malade et que vous ne pouvez pas aller travailler, et que votre médecin traitant ne peut pas vous voir avant plusieures heures/jours, vous devez vous rendre au médecin de garde, dans le même centre de santé (c’est considéré comme une urgence). Il faut toujours vous rendre à l’accueil, et on vous donnera un ticket pour aller consulter ce médecin.

Comme en France maintenant, il faut passer par son médecin traitant pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste. Vous expliquez les motifs et c’est le médecin qui prend directement le rendez-vous pour vous. Il vous remet une feuille avec le rendez-vous et le nom du spécialiste, ne perdez pas ce document, on vous le demandera chez le spécialiste.

*Je rappelle que tout le système public est gratuit, on ne vous fera rien payer. Seul le dentiste n’est pas couvert (mise à part l’extraction des dents de sagesse), il faut aller chez des dentistes privés.

NB : De nombreuses personnes s'accordent à dire que les relations avec la médecine publique espagnole sont soumises au facteur chance. Lorsque du premier coup on tombe sur un bon généraliste, compréhensif et sympathique, ça met en confiance pour la suite. Lorsque ce n'est pas le cas et que vous tombez sur de mauvaises personnes plusieures fois de suite, vous pouvez soit changer de médecin, soit passer par le système privé. (cotisations à payer tous les mois).

NB 2 : On entend également souvent dire que ce sont les soins pour le "tout courant" qui laissent à désirer. Une angine, la peau sèche, une plaquette de pilule à renouveler, ça n'interesse personne donc c'est expéditif. En revanche, dès que le cas se complique, les centres de santé envoient directement leurs patients à l'hôpital public, où là (parait-il) il y a de bons professionnels, à l'écoute des malades, et compétents.

MIEUX VAUT PREVENIR QUE GUERIR... (BON A SAVOIR)

Il existe quelques différences avec le système français. Mieux vaut donc savoir qu’elles existent et vous y préparer...

Le temps de la consultation


montreIl est bien inférieur à celui d’une consultation en France. En général, une consultation ne dure pas plus de 5 minutes. Vous expliquez ce que vous avez, on vous observe, et on vous fait une ordonnance. Si vous venez pour un mal de gorge, on vous regardera la gorge, on ne vous fera même pas enlever votre blouson pour écouter vos poumons.

Les médicaments

medicamentsCertains médecins préconisent les méthodes naturelles pour soigner les maux courants. Ne soyez pas surpris si en allant consulter pour une gastro on vous prescrit de l’eau, de la soupe et de la tisane, sans aucun médicament. C’est courrant.

La consultation

chirurgie_amb1

Il est possible que qu'en entrant dans le cabinet du spécialiste il y ait un autre médecin (occupé à remplir des dossiers). C'est assez bizarre de vous retrouver face à 2 médecins (un qui vous écoute, l'autre qui prête une oreille tout en remplissant ses papiers), et selon les situations, pas franchement agréable...

Enfin, pour conclure, rien de tel que quelques témoignages de résidents français en Espagne. Lisez également nos commentaires à ce sujet sur notre forum.

TEMOIGNAGES

 

Karine, 35 ans, Madrid

Je trouve que les systèmes de santé public et privé sont finalement assez similaires au niveau de l'attention "client". 

On est dans les 2 cas rien qu'un numéro. Car les médecins ont un planning chargé (une personne toutes les 5mn en moyenne), pour "rendimiento". 

Après c'est une histoire de chance de tomber sur un bon médecin dans le public ou dans le privé, sauf que dans le public t'as pas vraiment le choix. 

Ce que je trouve enquiquinant c'est de devoir passer systématiquement par le public pour avoir un arrêt de maladie et une ordonnance qui te permet de ne pas payer à 100% les médicaments. Se farcir et ton médecin privé puis ton médecin public quand tu as 40º de fièvre, c'est moyen. 

Choquant aussi le manque d'auscultation. C'est à toi de mesurer ta fièvre avant de venir... Je ne trouve pas ça normal qu'on te donne des antibiotiques sans t'ausculter, juste sur les symptômes que tu décris, sans vérification. 

Moi ce qui m'énervais aussi au début c'est savoir comment fonctionne la queue puisqu'il n'y a jamais de secrétaire médicale pour te recevoir, donc quand tu as un niveau plus que moyen d'espagnol c'est dur de se lancer pour demander qui est le dernier ou si c'est le médecin qui appelle. 

Concernant l'accès aux spécialistes, je passe par le privé notamment à cause de ça. Pour l'attente concernant les opérations, même chose, cela dit je ne sais pas comment ça se passe en France. 

Globalement, je dirais qu'en tant que français on est mal habitué et que mon médecin de famille me manque!!

Maïlis, 24 ans, Séville

Je ne suis pas vraiment satisfaite de ce système. L’attention que portent les médecins aux patients, même en cas de problème begnin, devrait toujours être correcte. Je n’ai peut-être pas eu de chance, mais il m’est arrivé des histoires avec tous les médecins et spécialistes que j'ai vus jusqu'à ce jour. Cela ne vient pas d'un problème linguistique (je n'ai aucune difficulté avec la langue espagnole), mais plus d'un m'a regardé comme si j'étais la dernière des imbéciles parce que je leur demandais quelque chose à laquelle ils n'étaient pas habitués. Comme ce n’était que pour des petites choses, ce n’est pas très grave, mais dès que je pourrai, je me payerai une assurance privée.

Par ailleurs, je n’arrive pas à me faire à ces rendez-vous express qui durent quelques minutes, et aux salles d’attente des centres de santé, bondées de personnes agées qui viennent y passer l’après-midi pour discuter… Je n'ai jamais eu la peur des hôpitaux en France, mais là j'avoue qu'avec tant de mésaventures à la suite que ça en est devenu psychologique et je dois vraiment faire un effort physique pour passer les portes du centre de santé...

Et je continue à me payer de ma poche certains spécialistes en France, n’étant pas satisfaite de certains spécialiste de la sécurité sociale. De toutes façons, ça me coûte toujours moins cher que d’aller chez un spécialiste privé espagnol.

Amélie, 31 ans, Madrid

Jusqu´a maintenant, je ne me plains pas du service de santé public (et comme Karine, je pense qu´il est similaire au privé...en ce qui concerne l´attention au client)....Malgré une très mauvaise impression lors de mon inscription et ma demande de carte à mon centro de salud (3 femmes devant l´écran pour entrer mes données...no comment). Les conséquences n´ont pas été trop graves et se sont limitées a la perte de ma carte (D´après leur système informatique je l´aurai recue il y a un an!). Puis vint le jour de mon premier rendez vous avec mon médecin. Avant de le rencontrer, j´ai passé 10 min avec une infirmière super sympa qui m´ a posé pleins de questions sur ma santé en générale, mon rythme de vie, mon alimentation...et elle a tout rentré dans son ordinateur (sans l´aide de personne)! J´étais impressionnée, la derniere fois que j´avais répondu à autant de questions remonte à ma dernière visite médicale du collège!!! Quant au médecin, les consultations furent en effet courtes, ses yeux étaient beaucoup plus figés sur l´écran de l´ordinateur que sur moi, car lui aussi devait mettre à jour ma e-fiche (La derníère fois que j´ai consulté en France, le médecin avait ma fiche en format A5 dans une petite boite…et il l´a remplissait au Bic!). finallement …le Mal fut guéri, donc je n´ai rien à redire...

Note: Un truc quand mème incroyable, je ne rentrerai pas dans les détails...mais les soins sont parfois "exagérés" par rapport à la consultation. Mieux vaut prévenir que Guérir...serait leur slogan?

Taouri, 26 ans, Hellin (Castille)

Un peu comme tout le monde pour le public : j'ai eu du mal a me faire a l'absence d'auscultation, et par contre, j'ai pas eu a droit a l'infirmiere pour le questionnaire (et le medecin non plus ne l'a pas fait...)...

Pour chez moi pas de médecine de "confort": une angine ce sera par exemple antibio, mais rien pour calmer la douleur, ou adoucir la gorge...Et comme tout le monde, 2 minutes 30 montre en main pour le temps de consultation...
Par contre, bien meilleure impression dans le privé : premiere consultation de 30 minutes, auscultation systematique, consultation de mini 1/4 heure, le medecin parle et prend en compte l'état moral...

Pour les spécialistes, je ne suis passée que par du privé. Tres bons retours, a part pour le dentiste... Il voulait m'arracher des dents, et m'a soigné des dents... qui en fait étaient saines (no comment). Je vais voir le prochain si il est mieux ! Très contente également du suivi gynéco…

Donc contrairement à Karine et Amélie, j'ai une tres bonne experience pour le privé... et pas pour le public (d'autant que mon medecin public veut pas me croire quand je lui dit que je suis allergique a certains antibio... )

Utile : un dictionnaire médical franco-espagnol (merci Sol !)