lulu

Avant de s'expatrier en Chine, Lulu a passé un semestre à Madrid dans le cadre de ses études et nous explique, dans son blog-journal de bord, le casse-tête qu'est une installation dans une nouvelle ville au travers de ces sésames modernes que sont les Cartes (d'identification, de transports, bancaires, etc) :

Les cartes

002Quand on arrive dans une nouvelle ville, il faut tout recommencer à zéro.
Ça peut être très lourd pour certain, mais pour d'autre, c'est comme un jeux de piste qui consiste à comprendre le système local afin d'en tirer le meilleur profit. Trouver l'information par-ci par-là afin de recomposer un puzzle dans un ordre différent de celui auquel on est habitués.
Je propose donc cet article à tous ceux qui n'aiment pas jouer au jeux de piste, qui n'aiment pas les énigmes,
et qui ne comprennent rien aux Spingouins (terme espagnol pour désigner les espagnols eux-mêmes, soit disant utilisé par les français en réponse à "Gabacho")

LE MÉTRO :
Au lieu d'aller dans une boutique d'information ou un guichet pour acheter votre abonnement (comme à la TBC de Bordeaux) vous devez vous rendre dans un bureau de Tabac "Estanco" munit d'une photocopie de votre carte d'identité (ou passeport) et d'une somme inférieure à 2€. Vous demandez le formulaire que vous remplissez avec vos coordonnées locales. Vous recevez ensuite la carte de transport jeune (si vous avez moins de 21ans) ou senior, dans votre estanco ou directement chez vous. Et c'est seulement après que vous pouvez aller acheter un billet au tarif réduit dans un des guichets du Métro valable du 1° au 31 du mois en cours.

LA BIBLIOTHÈQUE :
Le réseau de bibliothèques de Madrid est très complet, et gratuit. Pour faire une carte de bibliothèque, il suffit de se présenter à l'un d'entre elles, avec une carte d'identité (DNI). On vous la fait dans la minute et vous pouvez emprunter 3 livres pour une durée de un mois, et 3 DVDs pour une semaine. Seul le propriétaire peut emprunter, par contre les livres peuvent être retourner par n'importe qui.

CARNET JOVEN :
J'ai entendu parler de la carte jeune (entre 14 et 25 ans), que l'on pourrait obtenir calle de Alcala. Cette carte vous permet d'obtenir des réductions (comme la carte étudiant en France). Plus d'informations ici.

CONSULAT :
Le mieux c'est d'y aller entre 9h et 13h (là au moins vous êtes sûr que c'est ouvert). Vous pouvez vous y déclarer en tant que résident français à Madrid, sur le registre (mais attention ! il y a beaucoup de paperasse galère à trouver), vous pouvez y faire une procuration pour les élections (prévoyez une à deux heures, on reconnaît bien l'efficacité des fonctionnaires français) seule une carte d'identité est demandé (encore que, c'est même pas sûr). L'ambassade, c'est génial, ya plein de trucs à faire ! plus d'infos
Les espagnols y vont pour suivre des cours de français et passer des diplômes de langue française.

ASSURANCE MALADIE :
On remplace la carte vitale par la carte Européenne. On peut se la procurer auprès de Vittavi ou LMDE (pour les étudiants) et elle permet d'être soigné gratuitement (les médecins s'occupent d'envoyer les formulaires en France) On n'a rien à faire à part avaler les médicaments.

DNI :
La carte d'identité (version espagnole, pourquoi un nom différent, allez leur demander ...) Ici on demande le numéro de DNI PARTOUT ! pour faire la carte de métro, pour l'inscription à la fac, pour les fiches de références qu'on donne aux profs (afin qu'ils essayent de nous identifier quand on participe à l'oral), pour s'inscrire sur le site du Corte Inglés (l'équivalent des Galeries Lafayette, version immense, et sur tous les secteurs) ... bref, le mieux c'est d'apprendre votre numéro de DNI par cœur !

CARTE BANCAIRE :
Ici on paye beaucoup plus en liquide, mais dans la plus part des endroits on accepte les cartes bancaires internationales (surtout dans les endroits touristiques). Après dans les petites épiceries (je ne citerai donc pas le Sabeco de la calle Juan Bravo) ils ne sont pas équipés pour recevoir des cartes visas, donc on paye en cash !
On s'habitue vite à se balader avec 30 euros de plus dans le porte monnaie qu'en France, et puis ici, on a pas peur de se faire braquer le sac à main dans une ruelle sombre. (Les madrilènes parlent par contre du pickpocket dans le métro, jusqu'ici jamais vu).