Je vous présente une nouvelle plume sur le blog : Pâquerette (29 ans). Pour en apprendre un peu plus sur elle, lisez la suite et partagez prochainement ses découvertes et coups de coeur espagnols.

Pourquoi ce petit coin d´Espagne ?P1010660

Madrid s'est imposé comme une évidence, avant tout parce que c'est là que vivait et vit toujoursmon "novio" rencontré 3 ans auparavant en Erasmus en Angleterre. Ensuite, pour des raisons pratiques, puisqu'avec les low-costs entre Madrid et Paris, je suis à peine à deux heures de mes amis.  Et enfin, parce qu'après 5 ans de vie parisienne, il me semblait que l'environnement multiculturel et bouillonnant d'une autre capitale me permettrait de me faire ma place plus facilement.

Depuis combien de temps et pour combien de temps ?

Depuis février 2008 et pour le plus longtemps possible : je suis à peine installée, je ne pense pas encore à repartir ! En revanche, je ne suis pas certaine d'avoir envie de passer le reste de ma vie en Espagne, peut-être parce qu'il me semble encore beaucoup plus évident pour une femme d'allier carrière et famille en France.

L'Espagne, c'est chouette pour ...

bistrot

Sans aucun doute en tout premier pour sa chaleur ! Les habitants et le climat ont conquis la fille de l'Est que je suis. Germanophone au départ, je suis venue m'installer en Espagne avec quelques appréhensions mais je suis tombée amoureuse du pays en moins d'un an !

Un pays haut en couleurs, avec des identités aussi diverses que ses paysages, une richesse culturelle et gastronomique sans beaucoup d'équivalent, une jeunesse et une ouverture d'esprit rafraîchissantes. Un pays où on parle fort et on s'affronte avec autant de passion qu'on se réconcilie, où on fait la fête à toutes heures et en toutes saisons. Un pays où les traditions sont encore bien vivantes, parfois dérangeantes ou surprenantes, mais où tout change à vitesse grand V et où tout est à faire.

Qu'est ce qui me manque du pays ?

IMG_1056b

Famille et amis évidemment, mais aussi des médias de qualité, la télé et la radio surtout, qui contre toutes attentes sont de bien meilleure qualité en France qu'en Espagne. Et puis, le fromage qui coule et une certaine nouvelle cuisine, un peu fusion food parisienne, les mélanges de saveurs et les petites mousses de légumes, certes un brin bobo, mais que de temps en temps j'échangerais bien contre les éternels tapas ...

Mais finalement c'est très français : les éternels râleurs un brin chauvins... et franchement, ce sont des détails au vu de ce qu'on gagne en qualité de vie en venant vivre ici. Retrouver ses amis en terrasse au soleil, aussi bien en février qu'en novembre compense bien des pertes !

Merci à Expat Espagne et à Karine pour cette initiative et notamment pour le guide de survie, qui m'a évité la crise de nerfs à plusieurs reprises : indispensable à l'arrivée pour éviter de se perdre dans les méandres de l'administration espagnole !

Pâquerette tient aussi un blog où vous pouvez retrouver ses chroniques madrilènes, ses déboires de nouvelle arrivée et son apprentissage de la vie à l'espagnole : La migration de la cigogne