La Semaine Sainte (Semana Santa) dure 8 jours, du dimanche des Rameaux (domingo de ramos) au Dimanche de Pâques (domingo de resurección), au mois d’Avril normalement.

Elle se célèbre dans de nombreuses villes d’Espagne, mais c’est à Séville qu’on la vit le plus. Des milliers de touristes du monde entier y vienent chaque année pour la voir.

Séville est une ville très religieuse, de nombreuses églises et paroisses tapissent la ville. Ferveur religieuse pour certains, tradition pour d’autre, la Semaine Sainte est un évènement important pour tous les Sévillans.

P4060041Lors de la Semaine Sainte, les confréries (cofradías ou hermandades) défilent en procession dans les rues, portant des autels (pasos) représentant la passion du Christ. A Séville, il y a 57 confréries, dont le nombre de membres varient entre quelques centaines et plus de 2000. Chacune dépend d’une église ou d’un couvent.

Chaque confrérie a un jour, une heure et un parcours attribué pour effectuer sa procession. Elles ont toutes un itinéraire propre mais elles doivent néanmoins passer par la Cathédrale.

La procession effectue son itinéraire un peu comme un cortège. Tout est calculé et ordonné il n’y a pas de moment de confusion.

Dans l’ordre viennent d’abord les Nazarins (nazarenos), portant un cierge et vêtus d’une tunique et d’une capuchon pointuP4040033 (préservant ainsi leur anonymat) appelée capirote.

Ils sont suivis par l’autel du Christ (en musique ou non). NB: la musique qui accompagne le Christ ou la Vierge est différente (entre autre, pas de cymbales pour le Christ).

penitentes_2003Ensuite, arrivent les Pénitents (penitentes), cagoulés, portant une croix, pieds nus ou en sandales.

Enfin, arrive celui de la Vierge, appelé palio.

Ces autels (pasos), qui datent pour la plupart du XVIº siècle, sont de véritables oeuvres d’art dont la valeur est inestimable. Ils représentent des scènes théâtrales du chemin de croix en grandeur nature et sont ornés de fleurs, de dorures (or et argent massif), de moulures et d’etoffes précieuses.

Des porteurs (costaleros) soulèvent et portent ces autels en bois qui pèsent plusieurs tonnes. Il faut une cinquantaine decostalero porteurs pour acheminer ces sculptures à travers la ville. Le parcours est difficile et ils doivent faire de nombreuses haltes de quelques minutes. Lors de ces haltes, le silence règne. Les passants se receuillent devant les figures, certains prient et touchent les autels, d’autres observent simplement. C’est une impression spéciale, bercée entre solennelité et recueillement, folklore et tradition. L’encent émanant de ces autels, les saetas (chants flamencos profonds décrivant la douleur de la Vierge, les plaies ou les paroles du Christ) chantées du haut d’un balcon par un anonyme, et ensuite la musique qui reprend lorsque les porteurs se relèvent font qu’on ne peut rester insensible.

Un capataz dirige ces porteurs qui se fient aveuglement à lui. Un coup de marteau (llamador ou martillo) leur indique lorsqu’ils doivent se lever ou se baisser.

semana_santa_sevilla_2003Les processions sont longues et durent plusieurs heures (certaines jusqu'à 15). Elles doivent passer dans de petites rues tortueuses, ce n’est pas une tâche facile.

En principe, les pénitents ne doivent ni manger ni boire pendant qu’ils défilent, mais cette règle est plus ou moins stricte selon la confrérie.

Hommes, femmes et enfants peuvent être nazarins, mais pas encore dans toutes les confréries (à la confrérie del Silencio par exemple, seuls les hommes peuvent pariciper à la procession, et dans un silence absolu.)

Personnellement, je ne suis pas du tout croyante et je n’ai aucune culture religieuse. Au début, ces sculptures m’effrayaient (surtout les Christs tâchés de sang et les Vierges pleurantes avec un pieu dans le coeur…). Mais cela fait partie de la culture de Séville, et c’est à voir au moins une fois, pour voir ce que c’est. Voir une procession en étant bien placé, avec cette musique si particulière qui ne laisse personne insensible (trompettes, tambours, cymbales), avec cette odeur d’encent et ce silence qui règne lorsque les costaleros sont au repos est quelque chose d’unique et qui ne peut se comparer à rien d’autre.

cristo   cristo_2   esperanza_triana   dolores

La nuit du jeudi au vendredi (madrugá) est une nuit spéciale où les processions les plus connues défilent dans la ville (el Gran Poder, el Silencio, la Macarena, la Esperanza de Triana, etc…).

Il est très difficile de décrire la Semaine Sainte à Séville, comme je l’ai écrit plus haut c’est un mélange entre dévotion et tradition. Les gens sont extrèmement bien habillés, et après avoir vu une procession il est courant d’aller manger des tapas dans un bar en buvant de nombreuses bières ! Bref, ce n’est pas parce qu’on n’est pas croyant que ce n’est pas à voir.

Pour en savoir plus sur la Semaine Sainte à Séville:

Sites en Français

La Semaine Sainte décrite par Vanessa : cliquez ici

Semaine Sainte à Séville (wikipedia) : cliquez ici    

Sites en Espagnol

Sevilla nazarena : cliquez ici

Hermandades de Sevilla : cliquez ici   

Videos

El color de la pasión (video Google à voir en bas de la page) : cliquez ici

Quelques videos (elles ne sont pas de moi)